Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15.05.2024

Un quatre cylindre de 650 cm3 CB650R Honda

La machine a un aspect moderne assez classique. Phare avant incliné, petit guidon mais pas de bracelets. C'est un roadster dérivé de la CBR650R. Il n'y a pas de grosses découvertes pour le comportement moteur ou la partie cycle. La rotation maximum du moteur est à plus de 12 000 tours minutes. Sa conception ultra carrée produit des montées en régimes très fortes et une puissance disponible à très haut régime. Ce n'est pas le type de moteur que je préfère car pour une utilisation quotidienne on reste plutôt en dessous de 6 000. Avec l'absence de saute-vent on a l'impression d'une moto très courte car on voit la route au dessus du tableau de bord. C'est vraiment très bien en ville pour éviter les nids de poules et négocier les virages. Le confort est là avec une selle relativement large. Les accélérations ne vous poussent pas vers le dosseret formé par l'assise arrière. Il n'y a pas de coup de pied au cul mais une progressivité maîtrisable. La version A2 limitée à 35 KW permet d'acquérir cette moto pour un jeune permis. L'évènement est la présence d'une amélioration du shifter déjà connu depuis quelques années. Ce mode de débrayage électronique permet de passer la première vitesse moteur tournant sans que la machine n'avance. On peut donc rester en prise au feu rouge et simplement accélérer pour démarrer. Après trois minutes on ne se sert déjà plus du levier gauche. C'est une sorte de demi boîte auto qui demande de passer les vitesses au sélecteur et ne produit pas d'à-coups en montée ou descente des rapports. C'est utilisable dès 1500 tr/min et on peut très vite monter les rapports, pour économie de carburant ou un bruit plus civilisé. D'ailleurs, au rétrogradage j'ai noté un très faible frein moteur et une option avec modes de conduite pourrait palier à ce problème. Il faut, comme avec le shifter, conserver le régime moteur alors qu'avec l'embrayage classique on a l'habitude de baisser légèrement les tr/min. A l'essai je trouve que l'agrément se situe surtout au rétrogradage avant d'aborder un virage car nul besoin de se soucier de débrayer. Ça semble particulièrement intéressant pour les trajets de montagne comme la route Napoléon qui rejoint Grenoble depuis Golfe Juan. On peut la parcourir à pied, à cheval, en voiture et à moto. Je vois un inconvénient à utiliser le e-clutch quand on débute la moto. En effet si l'on s'habitue à l'automatisation en A2 on ne saura jamais contrôler un embrayage classique au changement de modèle ou essai d'une autre moto. Comme sur beaucoup de motos récentes on voit que le tambour de sélection dans la boîte se trouve au dessus des axes et pignons. L'automatisation est réalisée par deux moteurs électriques situés à droite du moteur, ce qui produit une excroissance d'environ cinq centimètres. Pour les couleurs disponibles, seul le réservoir et les deux prises d'air sont différents. Tout les éléments de carrosserie restent identiques.

 

La moto m'a été prêtée par Honda Puissance 3 à Pont-Sainte-Marie.

 

IMG_20240515_152444.jpg

IMG_20240515_152508.jpgIMG_20240515_152454.jpg

IMG_20240515_152501.jpg

IMG_20240515_152528.jpg

IMG_20240515_152540.jpg

IMG_20240515_152517.jpg

 

Publié dans Loisirs, Moto, Sport | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | | | Pin it! |

02.05.2024

Moteur phénoménal sur ROCKET 3 Triumph

La description et les photos sont fidèles à la réalité. Le poids annoncé est peut-être rebutant mais c'est quand même 17 kg de moins qu'un Fat Boy Harley. Le réservoir de 17 litres est imposant et peut-être un peu juste pour les grands parcours. Le tableau de bord de petite taille affiche de nombreuses informations, la plupart de la même couleur. Il faut se familiariser avec cet affichage aux multiples fonctions. Les menus défilent de coté ou de bas en haut ce qui est déroutant pendant les premières minutes. Il y a un régulateur et trois modes de conduite qui modifient la réponse du moulin de près d'un mètre de long. Il y a bien un alternateur évidemment, mais il est invisible. Trois huiles différentes sont requise lors de la vidange car boîte, pont et moteur sont séparés. C'est un avantage pour le choix d'huiles performantes. La selle couvre la batterie et un espace de rangement pour ... rien comme c'est souvent le cas pour les motos modernes. En effet les nombreux boîtiers d'assistance électronique occupent le terrain. Entre l'ABS, l'antipatinage, l'anti drible, le régulateur de vitesse, la pression des pneus, l'alarme (en option pour ces deux derniers) il faut de bonnes connaissances pour les vérifications d'usage ou en cas de défaillance. Le pneu 240 à l'arrière est similaire à celui du Fat Boy. Certains vont monter un pneu de 260 mm mais je ne vois pas l'intérêt. De toute façon les modèles de ce gabarit ne sont pas conçus pour des prises d'angle importantes. Les reposes pieds touchent rapidement et s'amuser à balancer ces motos d'un virage à l'autre est plutôt contre-nature. En revanche Fat Boy et Rocket 3 vous ferons plaisir sur des trajets routiers car la réponse du moteur est franche à tout les régimes. Les 180 chevaux vapeurs de la Rocket 3 auront tout loisir de s'exprimer dès qu'une ligne droite se pointe ou qu'il faut dépasser rapidement un autre véhicule. Le passage des rapports est particulièrement souple sur la Triumph qui ne semble pas souffrir du volume et poids des pièces qui la compose. Le colossal moteur de trois cylindres et 2,5 litres est une belle pièce industrielle qui présage une longévité exemplaire. Le mono bras arrière n'a rien de spécial sinon que sa taille parait fine pour transmettre la puissance. La fourche bien taillée comporte des réglages indépendants et la selection électronique joue uniquement sur l'amortisseur arrière. La masse principale étant située très bas on ne sens pas vraiment l'imposante machine même en ville. Aucun risque de déséquilibre à l'arrêt comme à faible vitesse. Seule la béquille latérale est disponible car il n'y a pas de place pour une centrale. De toute façon il n'y a pas de chaîne à graisser donc ce ne serais pas utile. Un détail amusant est la création de repose-pieds escamotables qui sont invisibles une fois repliés. Ils sont noirs ou alu en fonction du coloris de la machine. J'ai vraiment eu une bonne impression de cette machine qui me semblait plus large et longue sur photo. La clientèle de niche reste discrète et l'on voit rarement ces motos sur la route. Plutôt qu'un usage quotidien il semble que les acheteurs soient des motards loisir profitant des weekends et vacances pour sortir l'engin. Pour le prix il est sûr que ce sont des amateurs de belles machines même si c'est comparable au coût d'une Harley moderne. L'exception de ce gros cube, vraiment très gros, fait que c'est une mécanique conçue pour durer. Le dernier point: saute vent anecdotique, mais vous êtes à bord d'un roadster ...

 

La Rocket 3 GT m'a été prêtée par la concession GB Motors de Bonneuil où j'ai reçu un excellent accueil par Célia, responsable de site et plusieurs collègues qui m'ont très bien renseigné.

 

tableau Rocket.jpg

Fourche droite.jpg



Moto à droite.jpg

Moteur droite.jpg

Roue arrière droite.jpg

Machine gauche.jpg

Avant Rocket 3.jpg

 

 

Publié dans Loisirs, Moto, Sport | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | | | Pin it! |

02.04.2024

L'OVNI Yamaha, le NIKEN

Il y a un moment que je pensais tester le NIKEN Yamaha (Première version ici). Cette moto n'est pas très répandue et son aspect d'insecte massif en est certainement une raison. La double fourche est composée de quatre tubes. Deux sont dédiés au guidage et les deux autres à l'amortissement. Les freins sont puissants et c'est ce qu'il faut pour stopper la machine. Le moteur trois cylindres du TRACER 900 délivre son couple dès 2000 tr/min. il y a un shifter surtout intéressant sur les longs trajets. Cette moto est à l'aise en ville malgré sa largeur imposante. Ce n'est pas beaucoup plus large qu'un BOXER BMW et l'on s'habitue immédiatement tellement la structure en fait une moto agile. L'amortissement est vraiment très bon même sur les pavés de l'Avenue FOCH. Le tableau de bord est paramétrable, on peut changer la présentation du compte-tour en fonction de ses préférences. Il y a quatre modes de conduite dont un qui permet d'ajuster tout les choix. La selle est assez large et celle du passager assez basse, ce qui permet de s'assoir sans trop lever la jambe et perdre l'équilibre. Question performance moteur on sens une nette différence entre les réglages Pluie, Rue et Sport (Rain, Street, Sport). La montée en régime est impressionnante et pas besoin de rétrograder pour effectuer un dépassement. Les trois cylindres permettent à ce modèle d'être présent à tout les régimes. Les deux pneus à l'avant ne provoquent pas de désagréments mais plutôt un sentiment de sécurité. N'ayant pas essayé de mettre en défaut ce chassis je m'en remet aux témoignages qui décrivent la tenue de route sur circuit comme une expérience inoubliable. S'il était livré en trois coloris pour les premières versions, bleue, rouge et grise, il n'y a plus que le noir actuellement.

 

La moto m'a été prêtée par le magasin Patrick PONS, 43/47 avenue de la Grande Armée 75016 PARIS. Cette boutique est le temple parisien du scooter qui représente 80% des ventes. Le pilote Patrick PONS est décédé dans un accident de moto sur le circuit de Silverstone en 1980.

 

IMG_20240402_103210.jpg

IMG_20240402_103221.jpg

IMG_20240402_103233.jpg

IMG_20240402_103242.jpg

IMG_20240402_103348.jpg

IMG_20240402_103358.jpgScreenshot_2024-04-07-12-03-16-907_com.google.android.apps.maps-edit.jpg

Publié dans Loisirs, Moto, Sport | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | | | Pin it! |

15.03.2024

NX500 la petite sœur illégitime du Dominator

Nouveau design pour le CB500X Honda qui prend une allure rallye. Le carénage avant reprend un peu l'aspect du 700 Yamaha Ténéré rajeunissant la ligne de ce trail urbain. Les pneus sont larges pour une 500 et la monte d'origine est plutôt route que offroad.  En tout chemins il faudrait ajouter un sabot alu ou plastique pour protéger les tubes d'échappement et la durite de refroidissement qui descend du radiateur. La garde au sol de 180 mm n'est pas au niveau de sa grande sœur NX650 qui avait de distance 265 mm entre le sabot et le sol. Avec 150 à l'avant et 135 mm à l'arrière, la NX500 fait moins bien que la 650 Dominator 220 et 195. Les suspensions sont vraiment très confortables tout comme la selle. Le tableau de bord offre un large écran et des fonctions classiques. On ne peut pas avoir de régulateur de vitesse sur les petites cylindrées. Question permis la machine est compatible A2 et ce sera un beau cadeau pour les jeunes conducteurs. Le bicylindre a été remanié et j'ai tout de suite senti la différence par la montée en régime remarquable. Il y a des petites vibrations sur les reposes pieds et dans les mains après 100 km/h mais rien de dérangeant. Le frein avant est particulièrement efficace grâce aux deux grands disques. J'écris sœur illégitime car ce n'est pas un mono cylindre comme les NX des années 90. Niveau coloris je la préfère en rouge, surtout avec le modèle du salon.

 

La moto m'a été prêtée par Puissance 3 situé au 35 rue Marc Verdier Pont sainte Marie.

 

IMG_20240315_110405~2.jpgIMG_20240315_102225~2.jpgIMG_20240315_102237~2.jpgIMG_20240315_102203~2.jpgIMG_20240315_102337~2.jpgIMG_20240315_102212~2.jpgNX500 ROUGE.jpg

Publié dans Loisirs, Moto, Sport | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | | | Pin it! |