Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22.08.2017

Northern Health Angel

 

katja.jpg 

Texte traduit: 

 

Plus de douze pour cent des adultes ont des maladies liées à leur utilisation de médicaments. Dans quarante pour cent des cas, il aurait été possible d'éviter les effets indésirables. Ce sont les conclusions d'une étude sur 12 000 adultes suédois, présentée à l'Académie Sahlgrenska.

 

Katja Hakkarainen et ses collègues de recherche ont utilisé 7 099 questionnaires et 4 970 dossiers médicaux pour cartographier la morbidité liée à la drogue. Leur travail a inclus les effets secondaires, la toxicité, le développement de la toxicomanie, l'effet insuffisant des médicaments et le manque de traitement médicamenteux.

 

L'étude est décrite dans la thèse de Katja Hakkarainen et montre que 19% de tous les adultes en Suède signalent une forme quelconque de morbidité liée à la drogue, tandis que l'examen des dossiers médicaux donne un chiffre de 12%.

 

Deux effets ont été les plus fréquemment rapportés: les effets secondaires et l'effet insuffisant du médicament.

 

Dans le même temps, 20% de ceux qui ont rempli le questionnaire ont déclaré qu'ils eux-mêmes, un personnel de santé ou des proches pourraient avoir empêché ces effets. Les experts cliniques qui ont examiné la morbidité liée à la drogue décrite dans les dossiers médicaux ont également conclu que 39%, ou quatre cas de dix, auraient pu être évités.

 

"Nos résultats montrent que la morbidité liée à la drogue est un problème important de santé publique et qu'il faut l'éviter dans tout l'ensemble du secteur de la santé", explique Katja Hakkarainen, pharmacienne et chercheuse à l'Académie Sahlgrenska, Université de Göteborg.

 

La plupart des études antérieures sur le terrain ont porté sur les effets secondaires associés à la consommation de drogues.La thèse de Katja Hakkarainen, en revanche, attire l'attention sur un spectre plus large de morbidité liée à la drogue, y compris les effets insuffisants des médicaments. Ce dernier effet signifie, par exemple, qu'un médicament potentiellement actif a été pris à la mauvaise dose par le patient, ou qu'il a été prescrit ou utilisé à tort d'une autre manière.

 

"Les études montrent que les personnels de Santé qui traitent les patients ambulatoires et ceux qui traitent les patients hospitalisés doivent s'améliorer pour reconnaître la morbidité liée à la drogue. En outre, de nouvelles études devraient être menées par des scientifiques, des experts du personnel de sécurité et de la santé afin de développer des stratégies préventives », explique Katja Hakkarainen.

 

L'étude du questionnaire a été réalisée en 2010 et les dossiers médicaux ont été revus pour l'année 2008, en collaboration avec l'École nordique de santé publique NHV et l'Université Linköping.

 

La thèse Prévalence et nature des événements indésirables contre les drogues et le potentiel de leur prévention - Des études basées sur la population chez les adultes ont été défendues avec succès lors d'une présentation le 21 mars 2014.

 

 school.jpg prevalence drugs.jpg disputation.jpg 

kataja common.jpg


charts.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comparing Methods for Estimating Direct Costs of Adverse Drug Events. July 25, 2017.

 

Read text here. 

 
Hanna Gyllensten, PhD
 
Anna K. Jönsson, PhD
 
Katja M. Hakkarainen, PhD
 
Staffan Svensson, PhD
 
Staffan Hägg, PhD
 
Clas Rehnberg, PhD
 
Objectives: To estimate how direct health care costs resulting from adverse drug events (ADEs) and cost distribution are affected by methodological decisions regarding identification of ADEs, assigning relevant resource use to ADEs, and estimating costs for the assigned resources.
 

gr1 (1).jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Direct and indirect costs for adverse drug events identified in medical records across care levels, and their distribution among payers. July 22, 2016.

 

Read text here.

 

Jennie Natanaelsson
 
Katja M. Hakkarainen
 
Staffan Hägg
 
Karolina Andersson Sundell
 
Max Petzold
 
Clas Rehnberg
 
Anna K. Jönsson
 
Hanna Gyllensten
 
Objective: To describe the direct and indirect costs caused by ADEs, and their distribution among payers.

 

gr1.jpg gr2.jpg

 

 

 

Montreal-1.jpg

 

Publié dans Modele, Science |  Facebook | | | reporter

Écrire un commentaire